World War Z, la revue

Qui suis-je
Alejandra Rangel
@alejandrarangel
Auteur et références

World War Z a de grands moments, notamment ceux qui t√©moignent de la capacit√© du Swarm Engine √† d√©placer des milliers de zombies √† l'√©cran, des hordes apparemment infinies qui se pressent comme un essaim sur les murs et les filets pour les enjamber et courir dans notre direction, tandis que derri√®re une tourelle fixe ou avec un √©quipement standard, nous essayons de r√©duire les rangs. Ce sont des situations qui suivent les s√©quences des film avec Brad Pitt, soulignant √† quel point c'√©tait clairement la principale inspiration de Saber Interactive ; bien que du point de vue de la structure et de la m√©canique le jeu soit assez d√©riv√©, un fils par certains c√īt√©s plus sophistiqu√© mais moins charismatique que le classique Gauche 4 Morte.



Il est positif que les auteurs n'aient pas voulu tromper les utilisateurs de quelque manière que ce soit, en effet le prix la vente de 39,99 euros confirme les bonnes intentions de l'équipe de développement et est fondamentalement adéquate pour une offre qui comprend quatre environnements différents (New York, Moscou, Jérusalem et Tokyo) pour un total de onze missions jouables dans coopérative en ligne pour quatre participants ou en solo, avec l'aide de bots. Pour soutenir le durée de la campagne, qui en soi peut être complétée en cinq ou six heures, on y retrouve non seulement les inévitables niveaux de difficulté, mais aussi et surtout un riche système de progression qui permet de débloquer de nouvelles compétences pour chacune des classes disponibles, acheter des armes plus puissantes et même visionner des séquences narratives qui illustrent le background de chacun des personnages jouables. Ce n'est pas tout : à l'appui de la coopérative on trouve également un ensemble de modes mode multijoueur compétitif pour huit joueurs, pas inoubliable mais amusant à essayer, également doté d'une progression indépendante.



Structure

Comme √©crit au d√©but, il est impossible de parler de World War Z sans √©voquer les nombreux points que le titre Saber Interactive a en commun avec le bon vieux Left 4 Dead. Nous avons affaire √† un jeu de tir √† la troisi√®me personne au lieu d'un jeu de tir √† la premi√®re personne, c'est vrai, mais au-del√† de cela, les solutions adopt√©es pour la campagne coop√©rative sont extr√™mement similaires : nous nous d√©pla√ßons √† l'int√©rieur paysage plus ou moins grandes, plus ou moins r√©ussies (la japonaise est en effet tr√®s √©vocatrice gr√Ęce √† ses couleurs particuli√®res), les vagues de morts-vivants sont repouss√©es et il y a les moments traditionnels o√Ļ il faut activer un interrupteur qui fera de nombreux swoop en place des zombies, nous demandant de tenir le coup quelques minutes avant de pouvoir nous √©chapper vers un endroit s√Ľr.

Il ne manque pas non plus de ennemis sp√©ciaux, ceux qui emprisonnent le joueur dans un √©tau dont il n'est possible de se lib√©rer que gr√Ęce √† l'intervention des camarades : de gros policiers en tenue anti-√©meute, des mutants tr√®s rapides qui nous sautent dessus et invoquent les morts-vivants jusqu'√† ce que nous les √©liminions, et zombies qui cachent une grande quantit√© de gaz toxique √† l'int√©rieur d'une combinaison anti-contamination. D√©sol√© que les auteurs n'aient pas r√©ussi √† aller au-del√† de ces √©l√©ments bien √©tablis, en introduisant de nouvelles situations qui pourraient ajouter de la personnalit√© √† un produit agr√©able justement √† cause de son si d√©riv√©, une version techniquement mise √† jour du jeu de tir Valve mais g√Ęch√©e par des probl√®mes qui ont sans doute √† voir avec le budget du projet et qui tournent autour de la finition : certains anomalie assez √©vidente, une certaine incertitude dans le taux d'armature.



gameplay

Il tire bien dans World War Z, m√™me s'il √©tait possible d'am√©liorer encore les performances d'impact. L'arsenal est tr√®s vaste et le fait de pouvoir le faire grandir gr√Ęce √† l'utilisation des points gagn√©s au combat ajoute sans aucun doute de la profondeur √† un syst√®me de progression qui n'a pas grand-chose √† se faire pardonner. LES caract√®res ils sont √©galement g√©r√©s ici comme de simples skins, diff√©rents selon le sc√©nario pour un total de seize survivants, chacun avec un arri√®re-plan narratif qui peut √™tre visualis√© sous la forme d'une cin√©matique apr√®s avoir termin√© n'importe quel sc√©nario. Changer sont les cours, six, chacun dot√© d'un √©quipement de base et d'un arbre de comp√©tences unique : le Gunslinger est √©quilibr√© et polyvalent, le Ravageur sait jouer avec les explosifs, le Medic est l'unit√© de soutien traditionnelle, le Mechanic est un expert en ressources, le Boucher est sp√©cialis√© dans les attaques de m√™l√©e et enfin l'Exterminateur pr√©f√®re les armes lourdes.

Ensuite, il y a l'arsenal lui-même, qui comme mentionné peut être amélioré en dépensant les points d'expérience gagnés sur le terrain : fusils de chasse ou de sniper, mitrailleuses légères, fusils d'assaut, pistolets et bien d'autres variantes disponibles en différentes versions, plus ou moins puissantes et plus ou moins précis. Débloqué un modèle spécifique, c'est ce que l'on retrouvera ensuite dans les scénarios avec la possibilité de le récupérer et de changer la configuration, composé d'une arme principale et d'une arme secondaire par défaut auxquelles s'ajoutent des grenades et une grosse machette, indispensable pour exterminer le zombie qui se sont abattus sur nous ou éliminer les premiers ennemis de la scène en silence, sans alerter la horde. Cependant, même sur le front des outils de mêlée, il y a un choix juste et il arrive souvent de tomber sur une grande tronçonneuse avec laquelle déchirer littéralement les vagues de morts-vivants.



I controlli ils supportent le syst√®me de mani√®re pas totalement efficace, dans le sens o√Ļ il y a un certain retard dans la r√©ponse √† certaines entr√©es (le changement d'arme, par exemple) et il n'est pas clair si cela peut d√©pendre de la latence de la ligne sessions, qui souffrent de quelques rat√©s de trop mais elles restent toujours jouables. La disposition des touches int√®gre des solutions classiques (recharger sur Carr√©, courir en appuyant sur le stick gauche sur sa base, changer d'arme sur Triangle, viser et tirer sur les g√Ęchettes gauche et droite) et donc vous pouvez jouer imm√©diatement avec une grande tranquillit√©, sans le besoin de tutoriels ou d'introductions sp√©ciales. Lorsque la traditionnelle vague de zombies est sur le point de commencer, un d√©lai est indiqu√© pour effectuer tous les pr√©paratifs n√©cessaires, puis recharger les munitions dans les caisses √† l'int√©rieur de la carte et √©ventuellement collecter et disposer des mitrailleuses fixes, des pi√®ges √©lectrifi√©s, des barbel√©s et mortiers avec lesquels √©claircir sensiblement la horde. Il est cependant regrettable que ces aspects dans le style tour de d√©fense n'ont pas √©t√© d√©velopp√©s de mani√®re plus significative, laissant le joueur libre de d√©cider comment et o√Ļ placer les objets.

Modes multijoueurs compétitifs

En plus de la campagne coop√©rative, World War Z comprend cinq modes multijoueurs comp√©titifs pour huit joueurs : Horde Domination, King of the Hill, Horde Deathmatch, Procurement et Vaccine Hunt. Tous voient deux √©quipes compos√©es de quatre utilisateurs s'affronter au sein de certaines cartes de taille raisonnable, tir√©es des sc√©narios principaux, mais avec la variable constitu√©e par les in√©vitables zombies, qui peuvent faire irruption dans le sc√©nario et compliquer la vie des utilisateurs. Beaucoup de modes sont bas√©s sur des √©l√©ments de contr√īle du territoire et sont donc un peu trop similaires, cependant il faut reconna√ģtre qu'inclure cinq options diff√©rentes n'√©tait pas du tout √©vident et pour le moment il est possible de trouver un bon nombre de joueurs en ligne pour pouvoir jouer √† des jeux. Les auteurs ont √©galement introduit un syst√®me de progression s√©par√©, avec dix classes au choix. En fin de compte, le secteur concurrentiel n'ajoute qui sait quoi √† la valeur de l'action Sabre Interactive, mais c'est bien qu'il y en ait.

Trophées PlayStation 4

World War Z comprend un total de trente-six trophées, dont Platinum. Les réalisations de base se débloquent simplement en complétant les différents scénarios à n'importe quel niveau de difficulté, puis il y a les actions liées aux nombres (par exemple "tuer 10.000 XNUMX zombies") et celles liées au système de progression (par exemple "débloquer la version finale d'une arme").

Réalisation technique

Si le but de World War Z √©tait de rappeler les sc√®nes les plus spectaculaires du film du m√™me nom, on peut dire que les d√©veloppeurs ont r√©ussi √† le frapper. Sans doute gr√Ęce au Swarm Engine, qui, comme mentionn√©, parvient √† g√©rer des milliers de zombies en m√™me temps sur l'√©cran et √† reproduire fid√®lement leur comportement, voir par exemple quand les ennemis "s'entassent" d'une mani√®re aussi rapide que d√©rangeante √† grimper les superficies. Sur consoles, ce spectacle de membres en d√©composition doit se contenter de 30 images par seconde pas toujours stables, g√Ęch√©es par quelques gouttes qui, cependant, heureusement, n'alt√®rent pas la jouissance de la fusillade. Les personnages de l'√©quipe sont dot√©s d'un design discret et d'un d√©cor d'animation qui n'ont pas √©t√© sacrifi√©s sur l'autel de la netcode, tandis que sur le devant des sc√©narios on per√ßoit la volont√© de sortir des solutions g√©n√©riques et de donner un minimum de personnalit√© √† param√®tres: un effort dont on peut dire dans certains cas qu'il a assez bien r√©ussi, dans d'autres non.

Système selon la jumelage est actuellement assez rapide et efficace, signe qu'il y a beaucoup d'utilisateurs en ligne disponibles pour un jeu : peut-être le prix budget et la référence à la marque, mais surtout l'absence d'alternative valable et récente au pluricité Left 4 Dead ont fait percées parmi les fans de tir coopératif. Il y a quelques choses sur l'interface qui laissent à désirer (par exemple, il n'y a pas de raccourci pour faire taire un compagnon bruyant), mais dans l'ensemble, tout fonctionne étonnamment bien et les problèmes graphiques ne se transforment pas en une latence réelle pour gameplay, qui est la chose la plus importante. Enfin, en ce qui concerne le secteur sonore, il semblait malheureusement indispensable et dépourvu d'aigus, incapable de tirer le meilleur parti des scènes apocalyptiques qui caractérisent le jeu.

Commenter

Version test√©e PlayStation 4 Prix 39,99 ‚ā¨ Resources4Gaming.com

7.2

Lecteurs (32)

7.5

Votre vote

World War Z est un jeu de tir coopératif basé sur des zombies qui capture efficacement les scènes les plus spectaculaires du film et nous plonge dans quatre scénarios différents, en tant que survivants armés jusqu'aux dents et déterminés à échapper à l'invasion de morts-vivants qui ravage les plus grandes villes de le monde. Comme pour tout jeu de tir coopératif, le plaisir est directement proportionnel à la présence d'amis dans le groupe avec qui partager l'expérience, rejouant les mêmes scénarios à des degrés de difficulté progressivement plus élevés et débloquant les nombreuses compétences et les nombreuses armes utilisées. par un système de progression solide et intéressant. De ce point de vue, les modes compétitifs représentent un plus bienvenu mais pas fondamental : la mécanique dérivée mais bien rodée de Left 4 Dead et un prix de vente accessible, adéquat au contenu du jeu, se chargent de consolider l'offre.

PRO

  • Des moments tr√®s spectaculaires
  • Bon syst√®me de progression
  • Il y a aussi un secteur concurrentiel...
CONTRE
  • ... mais la campagne s'ach√®ve rapidement
  • Gameplay d√©riv√© direct
  • Une certaine incertitude technique
ajouter un commentaire de World War Z, la revue
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.