Trois mètres sous la mer

Qui suis-je
Aina Martin
@ainamartin
Auteur et références

De 1939 à 1945, la technologie des sous-marins nazis, aussi terrifiante que fascinante, épargnait les paquebots et les navires de sauvetage et avait pour objectif principal le ravitaillement allié. Mais l'imagerie sous-marine reste éloignée de l'atroce des champs de bataille.

Bien que la guerre soit toujours terrible, l'aura de mystère et de stratégie qui les a toujours enveloppés et leur guerre silencieuse est ce qui compte, du moins en restant dans les limites de la série de jeux vidéo produite à ce jour. La campagne nous remet ensuite, après la parenthèse du quatrième chapitre, aux commandes d'un sous-marin allemand, un sous-marin engagé dans l'invasion de la Pologne. La première cible est trois navires presque impuissants qui nous attendent au milieu de la mer Baltique. Éliminé facilement la menace faible, nous n'avons plus qu'à retourner à Kiel et ensuite faire face à une nouvelle mission...



Quel périscope

A partir de ce moment, ça devient sérieux. Les adversaires bougent et surtout se défendent. La chasse commence. La meilleure façon de repérer les ennemis est de rester sur le pont avec le capitaine et deux guetteurs qui indiquent physiquement toute observation. Une fois arrivé au cœur ou lors des tentatives d'approche silencieuses, il est conseillé de rester sous la surface de l'eau, en confiant la vue au périscope. Dans les deux situations, il est possible de donner des ordres à l'équipage ou d'agir directement sur les ordres de lancer des torpilles ou de tirer avec le canon externe si un ennemi nous a pris au dépourvu alors que nous regardions le mauvais horizon sur la terrasse supérieure.



Les outils indispensables sont toujours présents en bas à gauche et en haut à droite. On retrouve l'indicateur de profondeur qui nous permet de plonger lentement ou rapidement, le gouvernail, quelques ordres directs, l'avancement de la vitesse de jeu, le sélecteur qui nous permet de faire savoir à la salle des machines s'il faut accélérer ou ralentir et la carte, fondamental pour naviguer vers les objectifs et établir des itinéraires de navigation plus ou moins longs. La série nous a déjà habitués à un changement radical de jouabilité car la difficulté varie et Chasseur silencieux 5 ça ne fait pas de différance. Au plus bas degré de simulation le titre est presque une arcade, bien que les immenses étendues de mer restent à traverser et qu'il faut toujours bien calculer le parcours, bien observer l'horizon. Mais nous ne trouvons pas d'autres obstacles. Les torpilles touchent presque toujours la cible tandis que les contre-mesures sont presque infaillibles pour nous sauver des attaques ennemies. En élevant le niveau de simulation la question devient décidément plus complexe mais la personnalisation permet de garder une difficulté élevée sans avoir à connaître la mécanique du sous-marin par cœur, comme c'était le cas avec les chapitres précédents. En bref, nous pouvons profiter d'un degré élevé de simulation lors des affrontements, sans inclure le besoin de recharger les batteries et l'air comprimé qui, malgré un réalisme croissant et il y a toujours la possibilité d'augmenter la vitesse du jeu, entraîne souvent des pauses longues et insensées. . . .


Sous-marin ou sous-marin ?


La plupart des navires de plongée utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale n'étaient pas des sous-marins mais des sous-marins - des embarcations de surface capables de rester sous l'eau pendant une durée limitée. Aujourd'hui, les deux termes sont équivalents car les sous-marins ne sont plus utilisés.
Malgré la suprématie technologique allemande, pendant la seconde guerre seuls deux modèles de sous-marins étaient en effet des sous-marins capables d'effectuer de longues missions tout en restant cachés mais un seul, la classe XXIII, fut effectivement utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.


Nouveauté

Ubisoft Roumanie a introduit la dimension humaine à l'intérieur du sous-marin avec le troisième Chasseur silencieux, mais ce n'est que dans ce cinquième chapitre que nous sommes vraiment à l'intérieur d'un navire sous-marin. Alors qu'au-dessus de nous les vagues secouent une mer sombre et impénétrable, nous nous retrouvons à observer les marins qui se déplacent le long du navire en exécutant physiquement les ordres que nous avons formulés. Nous vivons avec eux le drame d'une guerre en conserve, faite de bruits inquiétants et de cloisons hurlantes. Et l'équipage a maintenant une humeur qui monte quand nous recevons un coup mais descend avec la tension et la fatigue.

Bref, ce sont des ajouts assez substantiels même si largement presque exclusivement esthétiques. De plus, en raison de la nécessité de conserver intacte la simulation sous-marine, nous sommes autorisés à toujours agir directement sur les commandes, où que nous soyons, et cette possibilité peut rendre la « vie à bord » superflue. Au contraire, un élément dynamique revient à la campagne qui nous permet de choisir des objectifs et de voir le résultat de nos défaites et victoires dans la situation stratégique actuelle. Rien qui bouleverse l'histoire bien sûr et aucun carrefour qui permette à l'Allemagne de bouleverser les destinées du monde, mais même le choix des côtes à patrouiller est un élément fondamental pour s'immerger dans le monde de ces années-là et nous faire sentir que les côtes d'Angleterre sont là, à quelques pas. De plus, au mouillage, réalisé avec un soin particulier, il peut arriver d'entendre ce qui se passe dans le monde pendant que les équipages discutent et se préparent à mettre les voiles.



Mer très agitée

L'ambiance est plus que bonne, les nuages ​​volumétriques ne sont pas mauvais, les vagues et l'écume des moteurs se défendent avec valeur. De plus, la campagne et les missions offrent des informations historiques importantes telles que la défense du Bismarck, le légendaire cuirassé allemand traqué par toute une flotte. Si l'on ajoute à cela l'interface plus intuitive et la nouvelle vie à bord, le résultat devrait être plus que bon. Cela devrait, disions-nous, car le moteur graphique commence à montrer trop de faiblesses et cette incarnation de Chasseur silencieux malheureusement il regorge de bugs, de problèmes, de défauts graphiques et de failles de toutes sortes.

Les seules améliorations notables semblent être celles liées aux modèles et sont fonctionnelles aux nouveautés du titre, mais elles deviennent même néfastes quand on se rend compte qu'à bord le frame rate perd trop de hits en touchant 19 fps même sur notre configuration de test. Les explosions semblent encore pires et tandis que les navires se vautrent aussi silencieux que des canards, la mer agitée submerge souvent mal notre sous-marin qui navigue parfois moins bien qu'un radeau perforé. En effet, il arrive que les vagues balaient le pont extérieur alors même que l'équipage l'occupe, avec un effet désagréable qui voit les marins disparaître sous l'eau et émerger négligemment malgré des tonnes d'eau qui viennent de les heurter à des vitesses vertigineuses. Et nous ne parlons que de la pointe de l'iceberg, car pendant le jeu, nous avons vu des choses que vous, les humains, ne pouvez même pas imaginer. Les navires de combat en feu voyagent en marche arrière. Torpilles fantômes. Missions avortées. Et tous ces moments resteront dans les mémoires comme des défauts capables d'invalider une expérience potentiellement incroyable. Sans compter que nous n'avons pas encore évoqué le pire inconvénient. En effet, la protection du titre vous oblige à synchroniser vos sauvegardes avec un serveur Ubisoft et vous oblige à toujours rester connecté à internet pour jouer. Eh bien, au cours des premiers jours du jeu, nous pouvons vous assurer que les problèmes de communication avec le serveur nous ont empêchés de jouer plus d'une fois et pendant des périodes de temps considérables.

Commenter

Resources4Gaming.com

7.0

Lecteurs (22)

7.1

Votre vote

Moins compliqué mais pas moins complexe, Chasseur silencieux 5 c'est un titre valable du point de vue simulation et est capable d'offrir plusieurs heures de jeu assaisonnées par une excellente ambiance. Bien sûr, aujourd'hui on attendrait quelque chose de plus d'un moteur graphique et pour profiter des heures de jeu précitées il faut digérer une quantité d'erreurs et de défauts qui sont incroyables et que l'on espère résolus au plus vite avec un patch miraculeux . De plus, malgré l'approche simplifiée, le timing du jeu et l'absence totale de tutoriels exhaustifs en font un titre dédié presque exclusivement aux fans.

PRO

  • Super ambiance avec le retour sur le front allemand
  • Expérience complète
  • La vie sous-marine a son pourquoi
CONTRE
  • Trop de bogues
  • Techniquement balançant
  • La vie sous-marine n'est pas pour tout le monde

Configuration système requise pour PC

Tester la configuration

  • Système d'exploitation: Windows 7
  • Processeur: Intel Core i7 920
  • RAM: 6 Go
  • Carte graphique : GeForce GTX 275

Exigences minimales

  • Système Operativo : Windows® XP (Service Pack 3), Windows Vista® (Service Pack 2), Windows 7
  • Processeur : Intel® Core2Duo® E4400 / AMD® Athlon™ 64 X2 4000+ ou supérieur
  • RAM : 1 Go (XP) / 2 Go (Vista/7)
  • Disque dur : 10 Go d'espace libre
  • Carte vidéo : 256 Mo DirectX9, (ATI® Radeon HD2600 / GeForce® 8800 ou supérieur)
  • Connexion Internet permanente.

Conditions recommandées

  • Système d'exploitation : Windows XP/Vista/Windows 7
  • Processeur : Intel® Core2Duo® E6850 / AMD® Athlon™ 64 X2 5600+ ou supérieur
  • RAM: 2 Go
  • Disque dur : 15 Go d'espace libre
  • Scheda Video : 512 Mo de RAM DirectX 9, (ATI® Radeon HD3000 series / GeForce® 9 Series o superiori)
ajouter un commentaire de Trois mètres sous la mer
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.