Shadow Corridor, la revue de l'horreur japonaise culte

Qui suis-je
Valery Aloyants
@valeryaloyants
Auteur et références

Apr√®s quelques ann√©es de diffusion dans le domaine de l'indie, o√Ļ il est devenu une sorte de culte avant tout pour sa d√©rivation directe de la tradition japonaise de l'horreur, Kageroh - c'est le nom original de l'oeuvre - arrive sur consoles et on l'analyse en cette Examen du corridor fant√īme sur Nintendo Switch. C'est une aventure avec des √©l√©ments d'horreur de survie qui descend directement de la nouvelle tradition du genre √† la premi√®re personne, avec les caract√©ristiques typiques du protagoniste sans d√©fense (ou presque) et chass√© par des cr√©atures puissantes et mal√©fiques, dont nous ne pouvons qu'√©chapper.



L'amnésie doit être considérée comme un paradigme de cette interprétation particulière du genre, qui a ouvert la voie à des expériences de pure terreur, élevant les jeux vidéo à de véritables horreur à la première personne, encore renforcée par l'implication encore plus grande que ce média est en mesure de garantir.

De ce point de vue, l'horreur du jeu vid√©o a connu une v√©ritable r√©volution ces derni√®res ann√©es, passant d'un simple cadre d'action alternatif dans un style B-Movie, √† quelque chose de plus subtil et psychologique, bas√© sur un sentiment d'impuissance dans le face aux menaces m√©taphysiques et sur la n√©cessit√© de fuir pour se sauver, plut√īt que de consommer des balles sur les ennemis pour rel√Ęcher la tension.


Silent Hill jouant le r√īle de point interm√©diaire entre les deux conceptions diff√©rentes, l'horreur de Shadow Corridor d√©coule sans doute de cette interpr√©tation moderne et se pr√©sente aussi comme l'une des plus caract√©ris√©es du point de vue de l'atmosph√®re, gr√Ęce surtout √† laCadre japonais qui peut librement r√©cup√©rer les traits stylistiques japonais √† volont√©. Architecture domestique Shinden-zukuri, lanternes, statuettes votives et masques du th√©√Ętre nŇć ont donc le feu vert dans les sc√©narios particuliers de ce jeu, avec toute leur puissance terrifiante v√©cue √† la premi√®re personne.


Histoire d'un cauchemar au milieu de l'été

Shadow Corridor, comme le montre cette image, part d'environnements relativement communs et calmes

La histoire Shadow Corridor ne se développe pas selon une dynamique standard, mais exploite partiellement le récit environnemental que nous avons également vu dans d'autres titres de ce type, bien qu'il soit encore plus faible et plus fragmenté dans ce cas. Les documents épars et les introductions textuelles aux niveaux se limitent à quelques suggestions et indications générales, dans une histoire qui est à peine évoquée et pourtant fonctionne assez bien pour créer l'atmosphère particulière raréfiée et onirique qui caractérise toute l'expérience du jeu. Tout commence par une simple promenade en fin d'après-midi d'été, lorsque le protagoniste se retrouve inexplicablement attiré par une simple ruelle cachée entre les maisons d'une ville japonaise. C'est peut-être l'odeur, l'atmosphère ou la lumière particulière qui nous attire entre les maisons tranquilles, ou le souvenir d'étés passés dans des lieux similaires et apparemment insouciants.


Bient√īt, cette petite excursion vire au v√©ritable cauchemar : des passages normaux entre les entr√©es secondaires des maisons du village, d'ailleurs d√©peints de mani√®re plut√īt convaincante, on passe √† des d√©cors de plus en plus sombres et bizarres, jusqu'√† ce qu'on s'aper√ßoive qu'il s'est gliss√© dans quelque chose de diff√©rent de la r√©alit√© quotidienne normale et rassurante.

Les décors japonais de Shadow Corridor le caractérisent d'une manière particulière

Les chemins et les couloirs changent √† chaque tournant et impasse, nous jetant dans une dimension o√Ļ la survie n'est plus consid√©r√©e comme acquise et notre existence est constamment menac√©e par des pr√©sences attendant dans l'obscurit√©, pr√™tes √† nous chasser et √† nous √©liminer au premier contact. Des extraits du journal, des journaux intimes et des documents introduisent vaguement une histoire de cultes myst√©rieux, de disparitions massives et de drames familiaux li√©s √† des crimes brutaux, mais une grande partie de l'intrigue est laiss√©e en dehors du texte et du paratexte, ce qui peut √™tre interpr√©t√© par le joueur qui trouve encore s'est engag√© avant tout √† survivre et l'impossibilit√© de donner un sens √† l'horreur accablante passe au second plan.


Tra simulateur de marche et horreur de survie

Les masques de th√©√Ętre et autres objets font r√©f√©rence au folklore et aux traditions japonaises

Le titre r√©sume bien ce √† quoi nous avons affaire : les couloirs et les ombres sont les √©l√©ments principaux de l'exp√©rience de jeu, qui en termes de gameplay peut √™tre class√© comme une aventure √† la premi√®re personne avec des √©l√©ments d'horreur de survie, se d√©veloppant principalement comme une sorte de simulateur de marche o√Ļ, cependant, nous sommes constamment traqu√©s par des menaces imbattables, contre lesquelles nous ne pouvons que nous cacher et nous √©chapper, √©ventuellement en trouvant des cachettes et en d√©veloppant strat√©gies furtives. En bref, quelque chose de tr√®s similaire √† l'Amnesia susmentionn√© et aux autres titres d√©riv√©s de ce style, mais avec l'√©l√©ment caract√©ristique, dans ce cas, d'avoir √† voir avec la mythologie et le folklore japonais qui d√©terminent le style particulier du cadre et certaines solutions de jeu telles que l'utilisation d'objets rituels qui peuvent nous aider en cours de route.


Tout en conservant les caract√©ristiques des diff√©rents environnements, les niveaux sont compos√©s de mani√®re de proc√©dure, ce qui rend chaque jeu unique, car une grande partie du jeu consiste √† trouver son chemin √† travers le d√©dale de couloirs et de pi√®ces dans lesquelles nous nous trouvons de niveau en niveau. Le but est simplement de trouver la sortie ou de r√©cup√©rer un certain nombre d'objets qui permettent d'acc√©der aux prochaines √©tapes, mais cela n√©cessite le fait de devoir affronter une s√©rie de cr√©atures cauchemardesques, contre lesquelles nous sommes pratiquement d√©sarm√©s, car nous ne pouvons pas les amener donner aux fant√īmes et aux diverses pr√©sences.


Une des présences inquiétantes de Shadow Corridor

Cependant, nous pouvons exploiter diverses strat√©gies : le secret de Shadow Corridor est de bien comprendre les sch√©mas des ennemis et de les utiliser contre eux, puisque chacun r√©pond √† des logiques pr√©cises qui peuvent √™tre exploit√©es pour leur √©chapper. En g√©n√©ral, ils sont attir√©s par la lumi√®re ou le son, il faut donc se d√©placer en cons√©quence et √©ventuellement utiliser des app√Ęts ou provoquer des bruits afin de les distraire ou de les attirer vers d'autres zones.

C'est un défi d'une intensité considérable, aussi parce que le tension c'est constant, compte tenu de la menace de game over à chaque match et de l'atmosphère oppressante. Shadow Corridor n'est certainement pas un jeu adapté à ceux qui ne supportent pas bien la tension, car après les premiers moments de réflexion et apparemment calmes, il reste toujours ancré dans un sentiment d'agitation continue, qui se traduit par la terreur de sauter peur ou dans la peur subtile d'être toujours traqué ou chassé. C'est pratiquement tout ce sur quoi il joue, car le gameplay n'offre par ailleurs pas de solutions particulièrement originales ou de grandes variations sur le thème, se concentrant avant tout sur l'exploration des cartes labyrinthiques, la collecte d'objets-clés et la survie.

Esthétique : charme et angoisse

Les couloirs et les pièces labyrinthiques semblent souvent se répéter dans la combinaison procédurale des niveaux

Le thème du couloir prédomine tout au long du jeu, rendant les décors nécessairement étroits et claustrophobes : d'une part cela conduit à la caractérisation particulière de toute l'expérience du jeu, d'autre part il représentait une solution optimale pour la construction de paramètres facilement gérable et d'un grand impact même avec un effort minimal. Kageroh a été développé pratiquement seul par Kazuki Shiroma, fondateur de Space Onigiri Games. Au départ un projet amateur, le jeu s'est ensuite étoffé et enrichi progressivement avec une utilisation de plus en plus raffinée de l'Unreal Engine jusqu'à atteindre des résultats remarquables, du moins sur PC. Cependant, les limites d'une très petite production continuent d'être vues sous plusieurs aspects, de la répétition évidente des actifs à l'absence d'une construction complexe entre la narration et le gameplay, capable d'expliquer la progression et d'appliquer des variations substantielles au jeu.

En tout cas, leatmosphère c'est précisément l'élément gagnant de Shadow Corridor, obtenu avec une utilisation habile des quelques moyens disponibles et s'appuyant sur le charme universel de l'horreur japonaise, lié au folklore et aux traditions du Soleil Levant qui le distinguent de nombreux autres titres similaires en tant que structure, ce qui la rend quelque peu unique. L'excellent mélange avec l'audio est également remarquable, la bande-son apparaissant dans les moments les plus excités pour souligner le sentiment d'angoisse et les bruits dérangeants associés à chaque créature.

La Version Nintendo Switch appara√ģt encore plus limit√© d'un point de vue technique, avec l'application d'une r√©solution assez faible √† un socle d√©j√† peu riche en termes de construction polygonale, donnant √† l'ensemble un aspect trop simple, m√™me si dans les int√©rieurs plus √©troits ces probl√®mes s'estompent remarquablement .

Commenter

Version testée Nintendo Commutateur Livraison numérique Steam, Nintendo eShop Resources4Gaming.com

7.0

Lecteurs

SV

Votre vote

Shadow Corridor est probablement l'une des exp√©riences de jeu vid√©o les plus d√©rangeantes vues r√©cemment et cela peut d√©j√† suffire aux fans. Fils de la nouvelle ligne d'horreur de survie √† la premi√®re personne bas√©e sur la furtivit√© et la n√©cessit√© d'√©viter un affrontement in√©gal avec les ennemis qui nous chassent, Shadow Corridor parvient √† se d√©marquer au milieu de la grande quantit√© de titres similaires gr√Ęce √† son japonais particulier cadre, qui caract√©rise non seulement les sc√©narios, mais toute l'exp√©rience de jeu. Le lien avec le folklore japonais donne une contrepartie sp√©cifique qu'il n'est pas facile de trouver ailleurs et met en sc√®ne une horreur bien particuli√®re. Cependant, ceux qui recherchent un jeu l√©g√®rement structur√© pourraient trouver cette errance constante entre des couloirs al√©atoires un peu limit√©s et r√©p√©titifs, car Shadow Corridor est avant tout une collection de moments de terreur qui se concentrent sur l'atmosph√®re, pas tellement amalgam√©s dans un vrai et propre forme de jeu vid√©o.

PRO

  • Superbe atmosph√®re d'horreur japonaise
  • √ßa peut √™tre vraiment effrayant
  • La g√©n√©ration proc√©durale peut varier les choses
CONTRE
  • Un peu limit√© en termes de gameplay
  • Techniquement m√©diocre, surtout dans la version Nintendo Switch
ajouter un commentaire de Shadow Corridor, la revue de l'horreur japonaise culte
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.