Pokémon : c'est parti, Pikachu ! & Évoli !, le récepteur

Qui suis-je
Alejandra Rangel
@alejandrarangel
Auteur et références

Nous voici à Pokémon : c'est parti, Pikachu ! et c'est parti, Évoli !, probablement la paire de jeux Pokémon dont les fans parlent le plus. Dès les premières rumeurs sur le logo, en fait, les deux chapitres qui marquent les débuts de la série Jeu habituel su Nintendo Commutateur ont suscité des doutes et des mécontentements, comme jamais auparavant dans l'histoire de la marque. La raison? La présence de ce "Go" dans le titre, bien sûr, une référence claire au spin-off mobile qui nous a fait émettre l'hypothèse non seulement d'une simplification des mécaniques pour imiter celles de Pokémon GO, mais aussi d'une dérive free-to-play cela aurait pu avoir des répercussions historiques sur le paysage concurrentiel. Heureusement, cependant, la réalité s'est avérée bien différente et Let's Go, Pikachu ! qui est arrivé sur notre Nintendo Switch a montré un amour inconditionnel pour certains des éléments clés de la série. Même si tout n'était pas parfait.



L'histoire : de Giallo à Let's Go

Pokémon: Allons-y, Pikachu! e Pokémon Allons-y, Évoli ! sont en effet des remakes de Pokémon Jaune. Cela signifie qu'en termes de réglage, histoire et mécaniques, il y a tellement de points de contact avec la quatrième version pour Game Boy, à commencer par le retour de la région de Kanto en tant que protagoniste incontesté de l'aventure. Cependant, il existe également de nombreux éléments de discontinuité avec l'original.

Tout d'abord, les protagonistes sont différents et évoluent sur une chronologie alternative, où le professeur Oak a réussi à inventer le Pokédex quelques années plus tard que ce qui s'était passé dans les titres de première génération. Cela se traduit par toute une série d'événements et de rencontres qui font des clins d'œil aux fans historiques, arrachant plus qu'un sourire de complicité à chaque fois que l'on parvient à saisir l'une des nombreuses références cachées dans les lignes de dialogue. Cependant, le récit reste en retrait : il guide les différentes villes de la région à travers les principaux moments du combat contre la Team Rocket (avec le retour de Jessie, James et un Miaouss qui ne semble pas capable de parler), tandis que chaque entraîneur construit votre propre histoire une bataille et une capture après l'autre.



L'éditeur de personnages c'est une nouveauté, mais empruntée aux chapitres les plus récents : tout comme sur Nintendo 3DS, elle reste assez simple, vous permettant de choisir uniquement le sexe et la couleur de peau de l'avatar. Le choix de entrée, ou Pikachu ou Évoli selon la version achetée, s'ensuit alors de nouveaux modes, donnant une plus grande importance à la relation avec ce Pokèmon d'exception. Pikachu et Eevee, en effet, ne limitent pas leur particularité à ne pas vouloir rester dans leurs Poké Balls, mais ils ont aussi caractéristiques uniques, telles que des statistiques accrues, des valeurs individuelles parfaites et la capacité d'apprendre des attaques uniques spectaculaires et des techniques cachées, qui remplacent divers mouvements à utiliser en dehors du combat, tels que Slash ou Fly. Tout cela se confond dans un titre à la bonne longévité, qui s'ouvre sur un end game assez riche fait de revanche, de rencontres avec de nouveaux entraîneurs redoutables (les soi-disant Master Trainers, mais pas que) et, bien sûr, l'achèvement du Pokédex , grâce au commerce et à la capture de ce qui est considéré comme le Pokémon le plus puissant du monde.

Un gameplay révolutionnaire ?

Certaines des peurs les plus courantes à propos de Pokémon : Allons-y, Pikachu ! et Pokémon Let's Go, Évoli ! sont ceux liés à gameplay et, en particulier, l'élimination des combats lors des rencontres avec des Pokémon sauvages. Préoccupation légitime, mais qui s'est avérée incohérente à l'épreuve des faits : la mécanique de cattura Le Pokémon GO s'est avéré frais et amusant avec tous les systèmes de contrôle, y compris la Poké Ball Plus : les monstres se déplacent avec des motifs particuliers et la nécessité de faire de bons lancers pour ne pas rater les plus rares ajoute cette pincée d'adrénaline. , qui dans les chapitres précédents était donné par le risque d'assommer l'adversaire. Soit dit en passant, tous les Pokémon ne peuvent pas être capturés sans se battre. Certains monstres particuliers attaquent dès que vous interagissez avec eux, déclenchant une bataille difficile avec une limite de temps, qui rappelle le batailles de raid de Pokémon GO et inverse l'approche des monstres légendaires : si avant, en effet, on se lançait dans des combats épuisants pour minimiser le nombre de HP avant de lancer Ultra Ball à volonté, maintenant il faut vaincre le Pokémon rapidement pour accéder à la capture, qui à ce point représente un véritable mini-jeu supplémentaire. On pourrait affirmer que ces mécanismes pourraient coexister dans toutes les rencontres, mais le fait que la bataille soit limitée à certains Pokémon augmente en quelque sorte son caractère unique : après tout, le choix des développeurs n'a peut-être pas été aussi téméraire qu'il n'y paraissait au premier abord.



La vraie révolution, cependant, concerne la manière dont on accède à l'écran de capture : pour la première fois dans ce qui est en fait un chapitre principal, ou presque, le rencontres avec des Pokémon ils ne sont pas aléatoires. Les monstres apparaissent clairement visibles à l'écran, ils sont presque toujours faciles à éviter et, surtout, il y a une indication immédiate de l'apparition de chacun. On le comprend ainsi tout de suite, par exemple, si vous êtes face à une version chromatique, ou à un spécimen avec une taille anormale et donc capable de donner plus de points d'expérience. En fait, attraper des Pokémon permet également de gagner de l'expérience pour tous les Pokémon de l'équipe et dans Let's Go, Pikachu ! et Évoli ! La quantité de points reçus elle est liée non seulement à l'espèce, mais aussi à la qualité du lancement et, précisément, au fait que le monstre est particulièrement gros ou petit par rapport à la moyenne. Partager l'expérience active même après les affrontements n'affecte pas trop l'équilibre, laissant le niveau de difficulté toujours dans un juste milieu agréable qui ne permet pas d'éteindre le cerveau pendant les combats.


Revenant toutefois à l'absence de rencontres aléatoires, il faut noter qu'ainsi la durée de l'aventure devient particulièrement variable : s'il fallait jusqu'à présent dépenser une grande partie de son budget en Répulsifs pour se déplacer sans être dérangé, maintenant il est théoriquement possible de traverser des chemins et des forêts entiers sans rencontrer un seul Pokémon, réduisant ainsi considérablement les temps d'exploration par rapport à Jaune. Cependant, il est difficile de considérer cela comme un point négatif : depuis des années, le système de rencontre est obligé de rénover, ce qui garantit ainsi un changement de rythme important et, surtout, permet au joueur de donner à l'aventure le rythme qu'il préfère. .


Multijoueur de première génération

La mécanique de combat Pokémon : Let's Go Pikachu et Eevee, en revanche, sont restés les classiques de la série. Les affrontements se déroulent à tour de rôle, l'ordre des attaques étant toujours régi par la vitesse de l'utilisateur et la possibilité d'alterner jusqu'à six Pokémon dans chaque bataille. Ensuite, il y a quelques changements d'équilibre qui affectent l'efficacité de certains tirs et maintenant vous pouvez accéder à la boîte pour changer la composition de l'équipe directement dans le sac à dos.

Cependant, ce qui change profondément, et négativement, c'est la complexité et la variété des builds disponibles pour Pokémon. Le système IV (valeurs individuelles) ed EV (points d'entraînement qui sont attribuées à chaque statistique après les affrontements) demeure heureusement, mais leur gestion à travers de très rares casquettes et bonbons à obtenir avec les captures n'est pas tout à fait convaincante et est moins immédiate que les gimmicks vus dans les derniers chapitres pour 3DS, comme le Super Training Virtual ou le Buonalena Isolotto. Au lieu de cela, les capacités et la possibilité de pondre des œufs disparaissent complètement : d'un coup d'éponge, tout le secteur concurrentiel disparaît, ce qui reste l'apanage d'Ultra Sun et Ultra Moon sur Nintendo 3DS et du nouveau chapitre de Pokémon qui sort dans le 2019 sur Nintendo Switch. Pokémon : c'est parti, Pikachu ! et Évoli ! représentent une référence à Pokémon Jaune aussi dans cela, mais le choix est loin d'être explicable avec la nécessité de rester fidèle à la mécanique d'origine, puisque les remakes de Game Boy Advance, c'est-à-dire Fire Red et Leaf Green, avaient déjà effacé tous ces éléments . De plus, la présence de toutes les versions Alola et de toutes les Mega Evolutions relatives aux Pokémon de la première génération élimine toute justification, ne laissant ouverte qu'une seule évaluation possible : Pokémon Let's Go, Pikachu ! et Évoli ! ce sont des titres avec un système de gestion banalisé, ce qui réduit les possibilités de personnalisation de votre équipe et l'efficacité de nombreux Pokémon.

Il suffit de penser à un Koffing sans Lévitation qui devient subitement vulnérable à toutes les attaques de type Terre, ou à un Arcanin sans Arrogance ; mais la liste serait beaucoup plus longue. Aussi discutable soit-il, les développeurs semblent néanmoins avoir pris cette décision en connaissance de cause, compte tenu des options en ligne elles sont clairsemées et incroyablement petites : le matchmaking pour les échanges et les combats, en simple ou en double, est absent, avec la possibilité de se connecter à d'autres limitée par un système de codes assez anachronique. Si quelqu'un pensait que le nouveau Pokémon pourrait aider à pousser le service en ligne payant, eh bien ... ils avaient tout simplement tort, car du point de vue de Let's Go en ligne, cela représente non seulement un pas en arrière, mais un véritable retour à l'âge de pierre.

En revanche, les possibilités ne manquent pas pour s'amuser dans multijoueur local. En plus des combats et des échanges avec ceux qui possèdent un autre exemplaire du jeu sur Switch, Pokémon Let's Go, Pikachu ! & Évoli! en fait, ils introduisent un nombre sans précédent coopérative. Cela permet à un deuxième joueur de tenir un Joy-Con ou un autre contrôleur et d'entrer immédiatement dans le jeu, apportant sa contribution dans les batailles, où il contrôle un deuxième Pokémon de l'équipe, ou dans la phase de capture, où il peut lancer une balle avec le le bon moment pour avoir plus de chances. Bien sûr, le système est limité et le deuxième joueur n'a même pas le pouvoir d'interagir avec Pokémon, mais c'est un ajout sympa et capable de connecter correctement plusieurs générations de dresseurs.

La connexion avec Pokémon GO

Contrairement à ce que suggère le titre, la connexion avec Pokémon GO est très faible et liée uniquement à une seule structure dans l'une des dernières villes de l'histoire. Il n'est donc pas possible transférer des Pokémon de Pokémon GO avant que vous n'ayez déjà votre équipe à un niveau supérieur à celui des monstres du jeu mobile. Pour toutes les fonctionnalités, cependant, nous renvoyons à une discussion ultérieure, car au moment de l'examen, il n'était pas encore possible de connecter les deux jeux. Une étude distincte sera également consacrée à la Poké Ball Plus, qui offre vraiment de nombreuses fonctions secondaires.

Le plus beau Kanto de tous les temps

Le premier impact avec Pokémon : Let's Go, Pikachu ! & Évoli! il laisse un peu de déception en raison de l'absence de doublage, qui n'est plus imputable au manque de place comme sur une console purement portable. Cela n'aurait pas été mal d'avoir au moins les voix du doubleur japonais et anglophone du professeur, également en vertu des références déclarées à la série animée. En somme, il s'agit d'un manque secondaire, mais qui se double de quelques incohérences de l'ensemble compartiment audio: une excellente bande-son, qui propose des versions modernes des thèmes originaux, est en fait toujours flanquée des répétitions des vers 8 bits de pratiquement tous les Pokémon du lot. En fait, donc, Pikachu et Évoli sont les seuls personnages doublés tout au long du jeu : considérant qu'un ou deux doubleurs auraient suffi pour faire divers couplets pour tous les monstres, c'est une occasion manquée de donner une plus grande uniformité à l'ensemble du secteur sonore, surtout compte tenu de l'importance que jouent ces effets parmi les fonctions de la PokéBall Plus.

Revenir plutôt à l'apparence graphique, Pokémon Allons-y, Pikachu ! & Évoli! ils marquent un pas en avant décisif par rapport à ce qu'on a vu sur 3DS : les modèles Pokémon sont de bonne facture, les nombreux effets (certains rappellent les attaques de The Legend of Zelda : Breath of the Wild) et le frame rate est finalement stable dans presque toutes circonstances. Là Carte de Kanto il est fidèle à l'original dans pratiquement chaque petit carré d'herbe et renvoie un regard coloré et toujours agréable, aussi bien à la télévision qu'en mode portable. Certes, les textures sont un peu plates, les scénarios peu animés et les ombres un peu trop nettes, mais dans l'ensemble on peut être satisfait du travail effectué par Game Freak, même lorsque les transitions entre les environnements et l'attaque tournent. sont plus lents qu'il ne le devrait.

Personnalisations

Enfin, toutes les personnalisations et ajouts esthétiques conçus pour ravir les fans méritent une mention à part. Dans Pokémon : Allons-y, Pikachu ! & Évoli! en fait vous pouvez choisir entre plusieurs tenues et accessoires pour l'avatar, qui peuvent à leur tour être coordonnés avec ceux du Pokémon compagnon, celui-ci restant perché sur l'épaule du joueur pendant toute la durée de l'aventure. Vous pouvez alors jouer avec Pikachu ou Évoli dans un écran spécial, nourrissez-les de baies et, en mode portable, utilisez vos doigts pour changer leur coiffure. Un deuxième Pokémon peut également être sorti de sa sphère et, selon les espèces, celui-ci peut marcher aux côtés du protagoniste, ou le porter sur son dos pour accélérer les déplacements par terre ou par mer. Mis à part les cas extrêmes comme la marche controversée de la grenouille de Venusaur et certaines difficultés de mouvement, c'est toujours un plaisir d'avoir un Pokémon avec vous, ce qui vous aide également à trouver des objets cachés.

Commenter

Livraison numérique Nintendo eShop Prix 59,99 € Resources4Gaming.com

8.0

Lecteurs (83)

7.5

Votre vote

A la fin de notre revue, Pokémon : Let's Go, Pikachu ! & Évoli! ils apparaissent par certains côtés expérimentaux et loin d'être parfaits, mais montrent les nombreuses potentialités que la série pourra exploiter sur Nintendo Switch. Net d'un titre orphelin dans le secteur concurrentiel, on se retrouve donc face à une vraie paire de jeux Pokémon, bourrés de citations et capables d'introduire de nouvelles fonctionnalités que l'on aimerait voir arriver de façon permanente dans les prochains chapitres. Certes, certains éléments semblent réalisés avec une certaine paresse, mais ce sont des titres idéaux à la fois pour se rapprocher de quelque chose de plus complexe que Pokémon GO, et pour s'occuper en vue de l'arrivée du plat principal en 2019. Et là Game Freak il ne peut pas vraiment se permettre de se tromper.

PRO

  • Excellente réinterprétation de Giallo
  • Nouvelle mécanique bien introduite
  • Bon secteur technique
CONTRE
  • Peu d'options en ligne
  • Absence d'éléments compétitifs
  • Effets sonores à mettre à jour
ajouter un commentaire de Pokémon : c'est parti, Pikachu ! & Évoli !, le récepteur
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.