Okunoka, la critique

Qui suis-je
Aina Martin
@ainamartin
Auteur et références

Après une poignée de niveaux de Okunoka le premier jeu qui me vient à l'esprit est bien sûr Super Meat Boy, mais saupoudré de juste assez d'Ikaruga pour rendre la gestion de l'alimentation intéressante. Le concept est sensiblement identique à celui du titre Team Meat, c'est-à-dire qu'il s'agit d'une plateforme ultra-difficile divisée en plus d'une centaine de petits niveaux, fragmentés à leur tour en divers mondes, dans lesquels tu meurs... tu meurs ... et vous mourez toujours en vous retrouvant face à des obstacles, des pièges, des ennemis, en tombant dans des ravins sans fond ou en sortant directement de la carte. Nous imaginons que les gens de Caracal Games n'auraient pas peur d'avouer la dette conceptuelle d'Okunoka envers Super Meat Boy et autres. Heureusement ils ont réussi à doter leur travail d'une personnalité très marquée, qui leur permet de surmonter indemnes l'inévitable confrontation.



Gameplay impitoyable

Okunoka raconte l'histoire du monde des esprits et du maléfique Os, qui veut transformer tous ses habitants en machines, afin de former une véritable armée mécanique. En face de lui se trouve un héros sans tache et sans peur avec des pouvoirs exceptionnels. Disons que les pouvoirs sont là, mais sur le reste il faut travailler un peu, puisque Ka, le protagoniste, est un être paresseux et gourmand qui passe ses journées à dormir et à manger des âmes noires. Malgré le sommeil et la faim, Ka est capable de faire d'énormes bonds. Il peut aussi solidifier l'eau, le feu et l'électricité afin de créer des plateformes de fortune pour surmonter les obstacles les plus insidieux. Dommage qu'il ne puisse agir que sur un élément à la fois et doive constamment choisir lequel garder à l'état solide, avec souvent seulement de courtes fractions de seconde disponibles. Cependant son objectif est toujours le même à tous les niveaux : atteindre une âme noire, généralement placée dans la zone la plus inaccessible et la plus dangereuse. Malheureusement Ka n'est pas particulièrement résistant et il lui suffit simplement d'être touché par un piège ou un ennemi pour se dématérialiser et réapparaître au début du niveau.



Si vous avez joué à Super Meat Boy ou à l'un de ses clones, vous n'aurez pas de mal à comprendre le gameplay d'Okunoka, composé de sauts millimétriques, de courses époustouflantes, d'enchaînements de plates-formes sur lesquelles sauter et de murs à escalader. Plus vous progressez dans les niveaux, moins vous pouvez faire de pauses entre les sauts et plus vous devez accélérer avec le contrôleur pour surmonter des séquences vertigineuses de dangers. En fonction du temps qu'il faut pour atteindre la fin d'un niveau, vous recevez un score qui indique notre degré de compétence. A la fin de chaque monde, cependant, il faut affronter l'un des des patrons terrifiants, généralement liés à des défis extrêmement difficiles. Pour finir un seul niveau ça prend quelques instants, mais pour obtenir les meilleurs temps il faut se battre beaucoup plus : il faut les étudier à la perfection pour pouvoir anticiper les sauts dans l'esprit, avant de regarder l'écran . L'essentiel est qu'il faut souvent faire beaucoup d'essais pour avancer, ce qui n'est pas un problème compte tenu du type de jeu. A noter le soin apporté par les développeurs à introduire les différentes mécaniques avec des niveaux de tutoriel très simples, qui permettent de les comprendre immédiatement.


C'est un excellent, bien que pas inédit, trouvé pour accompagner l'utilisateur vers le vrai défi et casser un peu le rythme du jeu, parfois vraiment punitif. Aussi intéressant est le conception de niveau, construit de manière à montrer un chemin évident à suivre, mais également équipé d'une série de raccourcis pour les joueurs les plus qualifiés, excellents pour les amateurs de défis de vitesse.


Excellente direction artistique

tout Okunoka cela fonctionne parfaitement, même si dans certains cas on peut percevoir une certaine glissance des commandes qui peut provoquer des morts injustes. En vérité, le rythme de jeu est si rapide qu'il est souvent difficile à remarquer et cela ne gâche certainement pas l'expérience de jeu. Bref, mourir une fois de plus ou une de moins dans un titre qui prévoit de vous tuer des milliers de fois n'est pas vraiment un drame. Combien de temps tout cela dure-t-il, vous demandez-vous peut-être ? Difficile à dire exactement, car beaucoup dépend de la capacité du joueur.

Terminer tous les niveaux n'est certes pas une promenade de santé, mais le meilleur d'Okunoka s'obtient en essayant de battre des records de vitesse, liés à des classements en ligne qui augmentent considérablement le sens du défi. Bref, pour le prix que ça coûte Okunoka propose beaucoup et ne vous fait pas regretter le shopping. La meilleure partie, cependant, nous sommes partis pour la fin, qui est la direction artistique magistrale. Caracal Games a fait un excellent travail non seulement d'un point de vue technique, mais aussi d'un point de vue stylistique, décrivant un univers de jeu coloré et convaincant, caractérisé par des formes de dessins animés vraiment particulières et par un soin général qui ne vous fait pas regretter productions internationales. La caractérisation des différents mondes est également réussie, toutes avec quelques particularités et souvent représentées avec des solutions simples mais très efficaces pour restituer une certaine atmosphère ou une certaine idée. Les boss méritent également des éloges, certains vraiment gros et capables de créer des situations intéressantes, autant qu'ils sont spectaculaires et nouveaux par rapport à ce qui est le gameplay normal du jeu, comme une course folle au sommet d'une tour poursuivie par un géant bête mécanique.



De plus, ce sont des sections très difficiles, souvent bien plus que les niveaux eux-mêmes, qui portent le taux de jurons par seconde à des taux inhumains. En terminant, nous tenons à vous prévenir, même si nous imaginons avoir compris à partir de l'article, qu'Okunoka n'est pas un jeu pour les faibles d'esprit, mais pour ceux qui veulent se tester et n'ont pas peur de devoir refaire un modèle unique encore et encore. . Bref, si vous n'aimez pas les défis difficiles, oubliez ça.

Commenter

Version testée Nintendo Commutateur Livraison numérique Nintendo eShop Prix 14,99 € Resources4Gaming.com

8.5

Lecteurs (10)

9.3

Votre vote

Okunoka est l'un des meilleurs clones de Super Meat Boy sur la place, il y a peu de choses à discuter. C'est aussi un titre avec une grande personnalité. Ce n'est pas très original, mais cela compense par une solide réalisation, notamment en level design, et une direction artistique réussie que l'on n'a pas de mal à définir comme importante pour un produit indépendant. En bref, si vous possédez une Nintendo Switch, nous vous conseillons de l'acheter immédiatement non pas tant pour l'esprit de clocher (il est fabriqué par une équipe espagnole), mais parce que c'est un très bon jeu et qu'il mérite d'avoir du succès.

PRO

  • Conception de très bon niveau
  • Direction artistique de haut niveau
  • Un super clone de Super Meat Boy
CONTRE
  • Parfois, nous remarquons des inexactitudes dans les contrôles
  • Pas très original
ajouter un commentaire de Okunoka, la critique
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.