Mondes flottants

Qui suis-je
Valery Aloyants
@valeryaloyants
Auteur et références

L'univers d'Eador est composé d'infinis fragments de mondes flottant dans le grand néant. Chaque fragment est différent dans la population et la géographie. Surtout, les fragments ne sont pas en contact les uns avec les autres et errent seuls, inconscients de leur environnement. Du moins le croient-ils, car en réalité il y a des entités puissantes, les Maîtres, qui se disputent leur contrôle. Le joueur est appelé à jouer le rôle de l'une de ces super créatures qui doit essayer d'unifier les fragments en une seule masse terrestre. Celui qui réussit deviendra le seigneur de l'univers. Eador. Maîtres du monde brisé est le remake d'un jeu de stratégie russe sorti en 2009 Eador : Genesis (notre critique ici).



Jamais comme à cette occasion le mot remake n'est utilisé par hasard, puisqu'il s'agit, du moins en solo, exactement du même jeu, avec les mêmes mécaniques d'exploration et de combat, mais avec de meilleurs graphismes. Pas mal, me direz-vous, car le premier c'est maintenant ses années et techniquement il n'était pas très bon. En réalité, la situation est un peu plus problématique, car il est vrai qu'Eador : Genesis a été publié pour la première fois en 2009, mais uniquement en Russie. Le reste de l'Occident n'a pu profiter d'une version traduite dans une langue plus facilement compréhensible, à savoir l'anglais, qu'en décembre 2012, il y a environ six mois. Ergo, si vous avez déjà l'autre et que vous n'êtes pas intéressé à le jouer en multijoueur, Eador. Masters of the Broken World propose très peu de nouveautés, si peu que pour en parler il suffirait de vous inviter à lire la critique de Genesis, applicable en grande partie également à ce chapitre.



Les bases

Tu as lu? Non? Voulez-vous que nous réécrivions tout ? Que ne ferions-nous pas pour vous lecteurs ? Comme déjà mentionné Eador. Maîtres du monde brisé c'est une stratégie au tour par tour où vous devez essayer de conquérir des masses terrestres pour créer un monde plus grand. Le jeu commence par un monde/tutoriel qui sert à illustrer toutes les mécaniques de manière très claire. Au début de chaque monde, le Maître doit sélectionner un héros à envoyer au combat et l'équiper d'une armée. Le héros peut appartenir à quatre classes différentes : Guerrier, Commandant, Mage et Rôdeur, chacune avec ses propres capacités et chacune avec ses propres spécialisations, qu'il faut sélectionner après l'avoir fait grandir d'un certain nombre de niveaux.

Par exemple, le guerrier est une unité très forte qui aura tendance à développer ses capacités de combat, tandis que le commandant se veut une unité de soutien pour toutes les autres unités amies sur le champ de bataille. Si vous le souhaitez, au cours d'une partie il sera possible de piloter plus de héros (il suffit de les engager en payant), ce qui deviendra nécessaire dès que vous serez sur des mondes plus complexes que ceux de base et que vous devrez affronter des Masters en lice. Le gameplay est divisé en phases distinctes. Il y a une phase exploratoire, qui consiste à conquérir et à explorer les territoires individuels. Il y a une phase de gestion, dans laquelle vous devez construire des bâtiments dans la capitale pour recruter de nouvelles troupes, de nouveaux sorts pour les héros et toute une série d'autres bonus qui sont d'une importance énorme au cours du jeu. Enfin, il y a la phase du combat proprement dit dans laquelle les troupes sont déployées sur le champ de bataille, réparties sur un échiquier, et doivent se donner des coups sains. Tout facile ? Pas vraiment, car chaque étape a ses propres complications.



Exploration

Eador. Maîtres du monde brisé c'est un titre complexe à jouer et nécessite une planification minutieuse de vos mouvements si vous ne voulez pas être anéanti immédiatement. Au début les ressources sont peu nombreuses et de nouveaux territoires doivent être conquis pour les augmenter. Par ressources, nous entendons : les pièces d'or, nécessaires pour acheter de nouvelles unités pour l'armée du héros, pour construire des infrastructures, pour acheter de l'équipement dans les magasins, etc. et des cristaux magiques, utiles pour les rituels et généralement liés à tout ce qui est magique. Malheureusement, conquérir un territoire ne suffit pas : si vous voulez en tirer le meilleur parti en termes de ressources, vous devez d'abord l'explorer le plus possible. Explorer un territoire est une longue opération qui prend un héros pendant tout un tour.

Cela vous permet de découvrir des endroits secrets, où vous pouvez généralement affronter des ennemis plus ou moins puissants pour obtenir des objets et de l'argent, et d'agrandir la zone habitable pour la population, la faisant ainsi grandir et prospérer. En explorant pleinement un territoire, vous obtenez des ressources bonus, qui ne font jamais de mal. Plus ils conquièrent de territoires, plus ils risquent de faire face à des événements aléatoires qui nécessiteront notre intervention indirecte. Par exemple, il arrive que vous deviez réprimer des émeutes dans le sang, ou que vous deviez choisir de sacrifier ou non une partie de la population à des ennemis puissants et ainsi de suite. Habituellement, ces événements sont résolus en dépensant de l'argent ou des cristaux et, surtout lorsque vous avez peu de ressources, ils sont une grande nuisance, car un résultat négatif diminue le bonheur de la population locale qui devient plus encline à la rébellion.



Le combat

La phase de combat est la plus claire : déployez les troupes sur le terrain, il faut essayer de vaincre les ennemis sans être débordé. Habituellement, les combats nécessitent beaucoup de planification, en particulier aux niveaux de difficulté les plus élevés, où les victoires manquées sont rares (en cas de nette supériorité de notre part, vous pouvez appuyer sur un bouton pour que le processeur calcule le résultat du combat ) . Que les ennemis soient une armée dirigée par un CPU Master ou des monstres explorant un territoire, vous devrez toujours placer vos troupes sur le côté gauche du champ de bataille, puis les déplacer à tour de rôle avec l'adversaire. Évidemment, vous disposez de différents types d'unités, qui sont toutes capables de monter de niveau en accumulant des victoires.

Sans toutes les citer, disons qu'elles peuvent être divisées en trois macro catégories : les unités de combat au corps à corps, les unités à longue portée et les unités magiques, avec toutes les variantes du boîtier. Le premier type est généralement le plus résistant, mais doit atteindre l'ennemi pour l'attaquer, tandis que les deux autres types sont plus fragiles, mais peuvent garder une certaine distance en lançant des fléchettes ou des boulons. Évidemment, le héros ne manque pas, qui représente le véritable pivot de notre stratégie. En fait, chaque classe change beaucoup la façon d'affronter les batailles, avec par exemple le commandant le plus approprié pour un rôle passif, ou le sorcier qui peut s'appuyer sur des sorts pour produire divers effets et ainsi de suite. Habituellement, il ressort clairement de la description des forces sur le terrain s'il y a une chance de victoire, avec le héros qui fera tout son possible pour indiquer le résultat possible de l'affrontement avec un commentaire spécifique (en vert optimiste, en rouge pessimiste ). Certains ennemis spéciaux, tels que les vampires ou les dragons, sont des machines de guerre implacables et ne devraient être affrontés que par des héros de haut niveau disposant d'une armée complète. Agir autrement entraîne l'extermination des troupes et la mort du héros, qui lui-même peut être ressuscité dans la capitale (les troupes doivent nécessairement être réengagées).

Graphiques 3D et multijoueur

Si tout ce qui a été écrit jusqu'ici par Eador. Maîtres du monde brisé est également parfaitement adaptable à Eador : Genèse, voyons maintenant quelles sont les vraies nouveautés du titre, à savoir les graphismes renouvelés et le multijoueur. Sur le premier il y a peu à dire : comparé à Genesis, plutôt brut, celui-ci est agréable à regarder dans sa 3D colorée. Certes, les animations sont peu nombreuses, mais cela reste un petit défaut pour un titre qui a bien d'autres cartes à jouer. Malheureusement, l'interface n'a pas changé, la même lourdeur que par le passé, même si à certains égards un peu plus claire.

Dans certains cas, il reste des lacunes majeures du côté de l'information offerte, dont certaines ont dû être rendues plus évidentes, et en général on peut dire que davantage pourrait être travaillé sur cet aspect, afin de faire la similitude avec le précédent Eador moins évident. . La vraie nouveauté du jeu, qui à elle seule peut valoir ou non l'achat, c'est le côté multijoueur. En gros, il s'agit de dépenser quelques points pour créer un héros et partir à la conquête d'un monde pour affronter d'autres joueurs humains, dans les modes déjà vus pour le solo. Malheureusement c'est un côté assez controversé, soit parce qu'il est très buggé (surtout dans les premières versions, puis certains patchs ont corrigé diverses instabilités et problèmes), soit parce qu'il manque toute une série d'options, notamment dans la recherche d'adversaires, ce qui faire de l'organisation d'un match un défi en soi. Bref, cela vous semblera étrange, mais ce qui était censé être le côté le plus fort du jeu est actuellement le plus faible. Cependant, surtout si vous pouvez essayer en ligne, Eador. Maîtres du monde brisé il offre vraiment de nombreuses heures de jeu et une profondeur difficile à trouver ailleurs. Si vous êtes passionné par le genre, donnez-lui une chance.

Commenter

Livraison numérique : Steam, GoG Prezzo : 18,99€ Resources4Gaming.com

8.2

Lecteurs (12)

7.5

Votre vote

Eador. Maîtres du monde brisé c'est la copie exacte de son prédécesseur, avec plus de peinture grasse sur le visage. Si vous avez joué à Genesis récemment, l'achat ne peut se justifier que par l'envie de l'essayer en multijoueur ou de voir les nouveaux graphismes (même si ce dernier aspect est vraiment relatif). Tous ceux qui l'ont survolé savent qu'Eador est une excellente stratégie au tour par tour, avec une grande profondeur et des mécaniques assez différentes par rapport à la moyenne du genre. Malheureusement, une certaine lourdeur d'interface subsiste, avec quelques éléments, notamment informatifs, qui auraient pu être mieux expliqués. Cependant, il mérite une promotion par rapport à son grand frère et mérite donc d'être pris en considération.

PRO

  • Mécanique de jeu profonde
  • Énorme campagne solo
  • Bon restylage graphique
CONTRE
  • Interface encombrante
  • Peu de nouveautés en single par rapport au prédécesseur
  • Le multijoueur toujours instable

Configuration système requise pour PC

Tester la configuration

  • L'équipe éditoriale utilise l'ordinateur personnel ASUS CG8250
  • Processeur Intel Core i7-3770K @ 3.50GHz
  • 16 Go de RAM
  • Carte vidéo NVIDIA GeForce GTX680
  • Système d'exploitation Windows 8

Exigences minimales

  • Système d'exploitation : Windows XP SP 2, Vista, Windows 7
  • Processeur : Pentium 2,0 GHz / AMD 2000+
  • RAM: 512MB
  • Carte graphique : GeForce 7300 / Radeon 9200
  • Espace disque : 2 Go
  • DirectX: 9.0c

Conditions recommandées

  • Processeur : Intel Core 2 Duo 1.6 / AMD 3000+
  • RAM: 2GB
  • Carte graphique : GeForce 8800 / Radeon X1900
  • Divers : le pavé tactile est pris en charge, mais les jeux de souris sont fortement recommandés
ajouter un commentaire de Mondes flottants
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.