Je suis celui qui vient te chercher

Qui suis-je
Alejandra Rangel
@alejandrarangel
Auteur et références

L'importance de Rambo en termes iconographiques, surtout si nous parlons du deuxième chapitre de la série, est incontestable. Sylvester Stallone est entré de plein droit dans l'imaginaire collectif en incarnant ce personnage aussi musclé que tourmenté, un vétéran du Vietnam qui se retrouve à faire la guerre.

D'abord dans une ville américaine, suite à l'arrogance d'un shérif qui ne veut pas d'ennuis avec les vétérans mais finit par en créer beaucoup ; puis retour au Vietnam et en Russie, pour mener des batailles qui semblaient terminées et qui ont laissé au lieu de cela une longue séquelle de violence et de tensions. Ce n'est pas la première fois que Rambo devient le protagoniste d'un jeu vidéo, mais les choses de ce point de vue ne sont jamais allées dans le bon sens et probablement la meilleure transposition reste le jeu de tir d'arcade Rambo III, qui a circulé dans l'arcade au début des années 90 et dont vous vous souvenez peut-être pour le coffret avec mitrailleuse Uzi attachée. Malheureusement, la nouvelle production multiplateforme créée par Teyon n'améliore pas la moyenne et finit au contraire par l'enterrer, nous offrant un médiocre mélange de tireur sur rail et d'événements rapides à la première personne dont les niveaux sont basés sur les situations vues dans le trois films, naturellement enrichis d'événements inédits pour pouvoir atteindre une durée d'environ quatre heures.



Rambo : The Video Game pourrait être le pire jeu vidéo de l'année... et on est toujours en février

Je fais une guerre dont tu ne rêves même pas

Les premières étapes de Rambo: The Video Game représentent également une synthèse de ce à quoi nous devons nous attendre dans le reste de la campagne. Cela commence par la cérémonie funéraire de John Rambo (excellent présage, sans aucun doute), au cours de laquelle un officier anonyme dit qu'il était bien qu'il soit mort (enfin !) car au cours de sa "carrière" il en a tué pas mal petites gens.



Ainsi commence le premier "flashback", c'est-√†-dire la mission dans laquelle Rambo est toujours au Vietnam, prisonnier avec ses compagnons, et parvient avec un scintillement √† se lib√©rer peu de temps avant d'√™tre tu√©, obtenant un fusil et se frayant un chemin √† travers les rangs ennemis en attendant des renforts. Cette section, qui repr√©sente l'essentiel du gameplay, fonctionne exactement comme un jeu de tir √† l'arme √† feu, avec le seul probl√®me que nous n'avons pas r√©ellement d'arme √† feu. Il va donc falloir v√©rifier le r√©ticule de vis√©e en agissant sur les sticks analogiques, un vrai cauchemar d√Ľ au syst√®me de couplage semi-automatique, qui ne fait que rendre tout encore plus impr√©cis, et une sensibilit√© excessive des commandes. Heureusement, il est possible de modifier les deux param√®tres et d'obtenir une r√©ponse aux entr√©es au moins d√©cente, en avan√ßant d'une position √† l'autre et en essayant de s'exposer le moins possible aux tirs ennemis. Ce n'est pas toujours r√©ussi, dans le sens o√Ļ la possibilit√© de s'accroupir ou de se cacher √† couvert n'est pas √©vidente (et ne garantit pas non plus l'immunit√© aux coups de tous les ennemis) et √† certains moments il faudra forc√©ment √©liminer tout ce qui bouge √† l'√©cran pour √©viter de prendre trop de d√©g√Ęts. Enfin, une fois la barre ¬ę furie ¬Ľ charg√©e, on peut activer un mode sp√©cial en appuyant sur le bouton A et frapper le Viet Cong pour r√©cup√©rer de l'√©nergie vitale. C'est le seul moyen d'√©viter le game over, car la difficult√© est assez √©lev√©e mais surtout les hitbox laissent beaucoup √† d√©sirer. En cas de d√©c√®s, nous aurons cinq "vies" disponibles pour recommencer depuis le dernier point de contr√īle, sinon nous devrons recommencer.


Succès Xbox 360

Les vingt-sept objectifs de Rambo : The Video Game sont obtenus en recherchant les meilleures performances possibles dans les niveaux, évitant ainsi soigneusement les tirs ennemis et plaçant une bonne quantité de tirs à la tête. L'obtention de deux étoiles dans les différentes étapes se traduit par le déblocage d'autant de succès, tandis que pour les autres on passe aux enjeux numériques : tuer un certain nombre d'ennemis, atteindre certains multiplicateurs de score etc.


Jour après jour

Si les sections ferroviaires constituent l'essentiel du gameplay, il y a clairement des parties de la trilogie cinématographique qui ne se sont pas prêtées à des échanges de tirs (même pas celles ajoutées pour l'occasion) et que les développeurs ont cru bon de représenter à travers des séquences remplies de quick time. un événement.

Le r√©sultat, si possible, est pire que les parties dans lesquelles vous tournez : la composante interactive est r√©duite au minimum, le d√©fi est pratiquement nul et le spectacle visuel offert par le jeu est terrible, parfois m√™me comique. Il suffit de penser au moment o√Ļ notre personnage s'√©vade du commissariat du premier film, toujours face aux m√™mes policiers dans les pi√®ces de l'immeuble !


Un, en particulier, le gars qu'on jette dans une fen√™tre, √† un moment donn√© nous a fait une douleur incroyable, puisque c'est lui qui a pris le plus de coups de tous, dans le sens o√Ļ son mod√®le polygonal a √©t√© re-propos√© de la mani√®re la plus situations douloureuses... Sur le plan technique √©galement, au-del√† d'une r√©alisation digne de la for√™t, toujours celle du premier film, Rambo : Le Jeu Vid√©o est une am√®re d√©ception. Le protagoniste a une si grosse t√™te qu'il semble qu'ils aient voulu en faire une parodie, la construction polygonale est m√©diocre et tout sent terriblement "old gen". La question des ennemis est tout de m√™me la chose la plus s√©rieuse, et si dans le cas du Viet Cong peut-√™tre on y pr√™te peu d'attention, en combattant la police ou l'arm√©e ce d√©faut appara√ģt dans toute son √©vidence. M√™me le son n'est pas √©pargn√© : les musiques sont celles de la trilogie et donc bien connues des fans, mais il a √©t√© d√©cid√© de r√©p√©ter les m√™mes dialogues entre les personnages, en les capturant √©videmment avec un magn√©tophone √† partir d'une vieille VHS et sans actionner aucune √©galisation, √† tel point que dans certains cas, vous pouvez m√™me entendre l'effet d'√©cho des haut-parleurs.


Commenter

Version testée : Xbox 360 Resources4Gaming.com

3.0

Lecteurs (69)

2.4

Votre vote

Rambo : The Video Game est une catastrophe qui est sans aucun doute un candidat à la palme du pire jeu vidéo de l'année, malgré le fait que 2014 ne fait que commencer. Celui de Teyon est un rapprochement à l'image de ce qu'on faisait au début des années 90, c'est-à-dire exploiter la popularité d'une marque pour vendre quelques exemplaires mais sans se soucier le moins du monde de la qualité du jeu. . Ici, nous avons des sections de mauvais shooter opposées et des séquences QTE encore pires, et la connaissance de la trilogie du film et du personnage emblématique joué par Stallone ne suffit pas à gommer les énormes problèmes d'un produit dont on n'explique vraiment pas comment il a pu arriver en magasin. .

PRO

  • La musique des films et les m√™mes dialogues...
CONTRE
  • ... mal pris
  • Sections de tir encombrantes et frustrantes
  • Sections QTE horribles et libres de tout d√©fi
  • Secteur technique voire comique sous certains aspects
ajouter un commentaire de Je suis celui qui vient te chercher
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.