État d'esprit, la revue

Qui suis-je
Aina Martin
@ainamartin
Auteur et références

L'annonce de État d'esprit a fait sensation dans les rangs des fans de Dédalique. Les garçons de Hambourg ils sont réputés pour être parmi ceux qui ont le mieux incarné le style de l'ancien pointer et cliquer au sein d'un marché qui ne voit plus d'un bon œil ce genre d'expérience. Après l'énorme succès de la série Deponia (avec un dernier chapitre en fait assez fatigué), il y a quelques années, ils ont réussi à surprendre à nouveau tout le monde avec le splendide Silence, suite spirituelle de Un monde chuchoté, qui aura dix ans en 2019. Après la parenthèse consacrée à la licence des Piliers de la Terre de Ken Follett, l'équipe allemande a décidé de se lancer corps et âme dans une aventure profondément différente qui, en quelque sorte, veut tordre l'œil. à des titres plus nobles, comme ceux de Rêve quantique. Vous passez ensuite à la vue dans troisième personne et à un monde complètement tridimensionnel, ainsi qu'entièrement exprimé. La plus grosse erreur qui pourrait être commise en s'approchant de State of Mind, c'est justement de le combiner avec des productions avec un budget sensiblement plus élevé. Pour cette raison, analyser le dernier effort de Daedalic est une tâche épineuse. Nous essaierons d'être aussi impartiaux que possible, en nous concentrant sur certaines questions critiques qui, nettes de la conscience de la dimension productive, ne parviennent pas à élever le titre à un grand exposant d'un genre extrêmement apprécié et qui a remplacé précisément ce qui a fait la maison teutonique célèbre.



Une intrigue adulte et troublante

La Scénario de l'état d'esprit part d'un postulat incroyablement actuel et abusé au cours de cette année, notamment en ce qui concerne le secteur de la télévision. Que se passerait-il si, à l'improviste, vous vouliez transporter toute la conscience collective du peuple, au sein d'un seul et énorme monde virtuel. Adieu la maladie, fini les problèmes, effacement facile des souvenirs négatifs et virtualisation du corps dont vous avez toujours rêvé. Bien qu'à première vue cela puisse paraître idyllique, il y a toujours un prix à payer et la nécessité de se soumettre à un système qui, qu'on le veuille ou non, a toujours des patrons et des managers qui veulent s'enrichir de leur prodige technologique. Déjà de cette manière, nous vous en avons dit peut-être plus que nous ne devrions, mais au cours de dix heures nécessaire pour conclure le titre, il y aura moyen de se surprendre à plus d'une occasion, grâce à un scénario riche et jamais banal. Le protagoniste, Richard Nolan, sera rejoint par une série d'autres personnages, certains plus réussis que d'autres, mais tous dignes d'être racontés dans un grand tableau qui voit le sort de l'humanité en jeu (et nous parlons de l'essence même du terme). La campagne est gérée à travers une série de scènes, entrecoupées de téléchargements (parfois trop longs), et se déroule dans une bonne quantité de scénarios différents. Tout au long de l'histoire, nous aurons également l'occasion de nous faire passer pour quatre autres personnes, qui seront toujours utiles pour approfondir et poursuivre les histoires de Richard. Si vous êtes un amoureux du genre cyberpunk e dystopée, State of Mind pourrait facilement s'avérer être l'une des meilleures expériences narratives du genre dans le monde du jeu vidéo. Dommage que les problèmes se rejoignent quand il s'agit de la gameplay nue et crue.



La statique du gameplay à petit budget

Soyons clairs : State of Mind n'est pas une catastrophe. Au contraire, c'est un titre qui coule assez facilement et qui ne deviendra presque jamais frustrant. Malheureusement, cela n'est pas dû uniquement et exclusivement à un excellent design, qui devrait en quelque sorte compenser le budget limité. Le plus gros problème du jeu réside dans le sien statique. Nous sommes désormais habitués à des titres de ce genre qui nous placent devant une myriade d'interactions et de croisements possibles. State of Mind est au contraire la réinterprétation moderne d'une aventure graphique, à tous égards. Oubliez les grandes zones à explorer pour trouver des interactions particulières ; de longs dialogues à choix multiples permettant d'orienter la discussion dans un sens ou dans un autre. Certes, il y a des choix qui auront des répercussions importantes sur l'intrigue (essentiellement un couple durant la seconde moitié de la campagne) et qui conduiront à voir l'un des trois fins différentes disponible. Ces choix résultent cependant d'une série incroyablement longue de courtes scènes en profondeur (certaines même plutôt superflues) qui vous obligeront à interagir avec ce qui sera marqué à l'écran même à des dizaines de mètres, à travers d'énormes justifications narratives. des triangles issus des greffes de réalité augmentée que possèdent tous les citoyens. Là Berlin de 2048 de State of Mind est vivant et aussi bien caractérisé mais il n'arrivera jamais vraiment à entrer dans votre cœur, à cause d'un gameplay trop poussé et que lorsque vous le laissez partir à la dérive"action", paie le devoir d'une production pas digne des grands titres de ces dernières années. On ne peut que saluer la volonté de l'équipe allemande d'essayer de faire un saut de qualité, mais en même temps on ne peut nier que l'entreprise a réussi. au milieu, laissant souvent un mauvais goût en bouche.L'aventure reprend au cours d'une seconde partie certainement plus variée dans les situations et les décors, en essayant d'inclure quelques petits puzzle et recherche de matière, mais tous éléments si fades qu'ils laissent indifférents et jamais pleinement satisfaits, au service d'un récit qui avance à une vitesse toujours plus grande et se termine quand peut-être le titre commençait vraiment à sortir ses griffes du point de vue de le design du jeu. Reste la conscience, de la part de Daedalic, d'être sur la bonne voie pour avoir son mot à dire même dans le genre des aventures à la troisième personne, en espérant que quelqu'un remarquera le talent et décidera d'investir quelques millions de plus dans l'équipe .



Trophées PS4

Les trophées State of Mind ne diffèrent pas trop des caractéristiques stylistiques du genre. En gros tout le monde, qu'il s'agisse du dix de bronze, du vingt-deux d'argent ou du deux d'or (il y a aussi le très convoité platine, rassurez-vous), est collecté après avoir accompli une tâche d'histoire. Laissant de côté celles inévitables et liées à la progression, toutes les autres seront à l'opposé les unes des autres, lors de ces phases courtes et oubliables où choisir de nourrir ou non son enfant, ou si vous avez réussi à l'endormir. Rien de bien compliqué, il suffit de répéter les opérations nécessaires pour récupérer tous les objets de collection.

La technique fait le style

Ce que Daedalic a réussi à trouver le bon compromis entre ambitions et possibilités, c'est l'apparence technique e stylistique. Oubliez les modèles et les animations faciales de Detroit. Oubliez également l'incroyable capture de performance du titre Quantic Dream et essayez de vous immerger dans un monde dystopique axé sur le style low poly toute son inspiration innée. Le monde représenté dans State of Mind est improbable et sacrément loin du photoréalisme, mais le choix de tout représenter à travers des modèles réalisés avec cette technique lui permet aussi de surprendre et de ne pas défigurer. Les texture ils ne crient pas au miracle et les animations sont les plus basiques que l'on puisse trouver sur le marché aujourd'hui, mais le design du monde et sa réinterprétation d'un Berlin très proche, permettent au joueur de profiter de la bonne identification. Les doublage alors il va d'excellent à bon et la possibilité de jouer le titre entièrement sous-titré en espagnol rendra heureux tous ceux d'entre vous qui ne mâchent toujours pas l'anglais. La bande-son est discrète, qui ne laisse jamais abasourdi, mais est capable de vous donner de bons aperçus, notamment lors des phases finales exaltées.



Commenter

Version testée PlayStation 4 Livraison numérique Steam, PlayStation Store, Xbox Store, Nintendo eShop Prix 29,90 € Resources4Gaming.com

7.5

Lecteurs (9)

8.1

Votre vote

State of Mind est un pari à moitié gagné. On est heureux que Daedalic ait décidé d'accepter le gant des aventures modernes, mais on ne peut pas dire que tous les choix consacrés à ne pas se défigurer devant les géants du genre, ont profité au titre. Si le côté narratif reste comme toujours soigné et inspiré, il n'en va pas de même pour un game design qui ne se démarque par aucune de ses caractéristiques et qui condamne State of Mind à ce vide d'opportunités manquées. Si vous êtes fan de l'équipe allemande et du genre, le conseil est de la récupérer, peut-être à un prix légèrement réduit, autant dire que vous avez aussi fait partie de cette énième course.

PRO

  • Le style est indéniable
  • La longévité est plus élevée que ce à quoi nous nous attendions
  • Le doublage est super
  • Le récit coule rapidement et au bon rythme...
CONTRE
  • ... à part un peu de bouillon chauffé au milieu
  • Le gameplay est tellement basique qu'il laisse souvent un mauvais goût dans la bouche
ajouter un commentaire de État d'esprit, la revue
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.