Désir de rédemption

Qui suis-je
Alejandra Rangel
@alejandrarangel
Auteur et références

Admettre que vous vous êtes trompé et revenir sur vos pas, peut-être encouragé (et soutenu) par ceux qui ont été déçus, n'est pas exactement un comportement courant, encore moins dans l'industrie du jeu vidéo impitoyable, où de nos jours ils sont souvent les coups de la actionnaires - et donc les tendances du marché - pour indiquer l'horizon aux développeurs, plutôt que les souhaits des utilisateurs les plus passionnés et fidèles.

Le processus de rédemption inattendu et pour le moins soudain, avec beaucoup de mea culpa en toile de fond, est cette fois touché (avec tout le mérite) à Codemasters, la célèbre maison de logiciels britannique consacrée aux jeux de course qui, d'un coup d'éponge , a décidé d'annuler les solutions « audacieuses » adoptées dans GRID 2 et d'embrasser pleinement les conseils et suggestions des utilisateurs. Comme, comment? Sortie du cylindre GRILLE : Autosport. Étonnamment annoncé lors du récent Level Up 2014 à Berlin, le nouveau chapitre de la saga (héritier de TOCA) s'est en effet produit dans un laps de temps particulièrement court, grâce aux atouts et à l'expérience acquis par les développeurs et, surtout, les retours de joueurs déçus par GRID 2, sorti il ​​y a exactement un an. Aussi bon qu'il fût, en effet, le deuxième chapitre de l'excellent Race Driver : GRID (2008) n'a pas su saisir l'essence de la production originale, glissant sur un gameplay excessivement arcade et trop enclin à la dérive, laissant inexplicablement à Accueil les visuels du cockpit (au-delà des excuses institutionnelles sur les circuits de streaming) et pour d'autres raisons, que les plus passionnés de la marque n'ont absolument pas appréciées. GRID : Autosport est donc né de la nécessité de combler ce "vide d'affection" causé par GRID 2 mais surtout de redonner à la série son lustre d'antan, dans une sorte d'adieu à l'ancienne génération de consoles, avant de se consacrer à les nouveaux systèmes. Le dernier GRID est en fait exclusif à PC, Xbox 360 et PlayStation 3, et après avoir récemment testé un savoureux code d'aperçu sur Steam, nous avons mis la main sur la version finale du produit. Ce sont nos impressions.





GRID : Autosport représente la somme de l'expérience acquise au cours de ces années couronnées de succès

Mot de passe : amusant

Bien qu'il ait perdu ces dernières années une partie de son attrait commercial, ainsi que l'élan évolutif catalysé par des œuvres pionnières telles que le premier Gran Turismo, le genre du jeu de course aux multiples facettes est encore aujourd'hui l'un des plus populaires et des plus sains, animé par la passion viscérale. pour le monde du sport automobile et en particulier pour l'automobile, dont le charme dépasse les époques et les modes.

Pour sceller la passion sans bornes pour les quatre roues, il y aura la prochaine saison de jeux vidéo automne-hiver, si riche qu'elle portera sur nos écrans un nombre impressionnant de projets ambitieux (Forza Horizon 2, Project Cars et Drive Club, pour ne citer qu'eux peu) capable de satisfaire n'importe quel palais et, dans certains cas, d'appuyer même sur la pédale d'originalité, en pensant au vaste Ubisoft The Crew. En attendant d'embrasser le prochain avenir passionnant, les passionnés de jeux de course peuvent satisfaire leur soif de moteurs et de portes avec un cadeau Codemasters qui est tout sauf évident, construit autour du facteur amusant avant toute autre fonctionnalité. Encadré dans le juste milieu entre les simulateurs rigoureux (Assetto Corsa) et les arcades pures (Ridge Racer), GRID : Autosport représente en fait la somme de l'expérience acquise par les développeurs dans ces années de succès et (quelques) faux pas, dont le meilleur esprit des meilleures productions décliné au service des fans, grâce à une analyse très minutieuse des retours d'expérience .. Il suffit de penser à la classe Touring, plébiscitée par le public et probablement la meilleure de toutes celles disponibles dans le jeu, capable d'évoquer les anciennes gloires de TOCA Race Driver 3 et des versions antérieures.



Mais procédons dans l'ordre. Après avoir créé le profil, peut-être en le connectant à Racenet, l'épine dorsale de l'expérience en ligne dans les jeux de course Codemasters, le joueur peut choisir s'il souhaite s'engager dans une carrière longue et stratifiée en solo, faire face à une compétition personnalisée, se lancer dans le multijoueur en réseau ou hors ligne (écran partagé) et paramétrer une pléthore d'options dans le menu approprié, dessinées dans le sillage des précédents travaux signés par la maison de logiciels britannique. Cœur battant de GRID : Autosport est sans conteste le mode principal pour le solo, divisé, à descendre, en saisons, championnats et événements, tour à tour proposé pour cinq grandes catégories de voitures, à savoir Touring Car, Resistance, Open Wheels, Processing et City Circuits, également disponibles dans différentes classes de puissance. La variété est donc un aspect central et le joueur peut décider de se spécialiser dans une certaine discipline ou de prouver au monde entier qu'il est un pilote complet. Après tout, atteindre des niveaux de compétence spécifiques dans toutes les catégories permet d'accéder aux prestigieux championnats GRID, l'expérience la plus large et la plus complexe que le jeu puisse offrir, où alternent des compétitions de différents types et rythmes. Après avoir sélectionné l'une des disciplines et l'offre des premiers sponsors pour la nouvelle saison, le joueur est encouragé à donner le meilleur non seulement pour conquérir le podium, mais aussi pour susciter l'intérêt des marques les plus prestigieuses, qui lui permettent de piloter. des véhicules de plus en plus performants pour obtenir des récompenses de plus en plus voyantes (lire l'expérience), tout en proposant des objectifs et des défis de plus en plus stimulants.


A chaque épreuve, dans le pur style Codemasters, il y a toujours un rival à battre, et parfois il faut affronter son coéquipier, à qui on peut donner des ordres pour une conduite plus ou moins agressive, afin d'obtenir le meilleur placement dans le classement des constructeurs (souvent liés aux objectifs ci-dessus). Entre une course et l'autre, il faut parfois participer à des courses spéciales monomarques appelées CUP, des expositions de voitures exotiques et classiques (Shelby Cobra, Mini, Lancia Delta, McLaren F1...) qui augmentent encore la variété, déjà catalysée par la grande différence entre les cinq disciplines principales. Pour atteindre le sommet du classement dans toutes les spécialités, des dizaines et des dizaines d'heures de jeu sont nécessaires, et les événements de campagne, de plus en plus longs et complexes au fur et à mesure que vous montez en niveau, offrent un défi passionnant capable de maintenir l'intérêt du joueur vivant. à la possibilité de passer d'une discipline à une autre quand on le souhaite. Curieusement, contrairement au composant en ligne et à de nombreux autres titres similaires, dans la carrière solo, il n'y a pas de concessionnaires virtuels où acheter les voitures, mais elles sont mises à disposition par les sponsors en fonction de la compétition à affronter.


Le bon compromis

Dans notre aperçu récent, basé sur un code d'aperçu, nous avons souligné les différences et les particularités des différentes disciplines disponibles, caractéristiques auxquelles nous pouvons facilement souscrire même dans la revue.

Comme nous l'avons précisé, la classe Touring est probablement la plus intéressante de l'ensemble grâce à la dynamique de course consacrée au contact et à la conduite agressive, tout en maintenant la nécessité de rester bien concentré sur la piste. Dans un tel contexte, le modèle de conduite hybride entre simulation et arcade est amélioré, et le plaisir qui en résulte est tout simplement incomparable, surtout compte tenu des 16 voitures impliquées dans la bagarre. Les différentes sous-classes de puissance et de genre, qui incluent, entre autres, les voitures classiques (Ford Sierra Cosworth RS500) et Super Tourer (Ford Falcon FG), augmentent également le sentiment de progression au sein de la catégorie, offrant au joueur la possibilité de s'améliorer avec le bonne courbe d'apprentissage. Autre particularité de cette discipline, les deux manches à affronter (grille inversée) le week-end de course et le point supplémentaire au classement pour ceux qui remportent la pole position en qualifications. Les courses d'endurance, en revanche, nous mettent au volant de véhicules beaucoup plus puissants et nerveux, comme la Lola B12/80 et la McLaren 12C GT3, où l'élément caractérisant est représenté par l'usure des pneus. La conduite agressive est généralement déconseillée et il est nécessaire de maintenir un rythme de course constant, cependant il semble que les premiers pilotes contrôlés par le CPU ne souffrent pas excessivement de problèmes d'usure, obligeant le joueur à de vrais exploits pour obtenir de bons classements.

La difficulté est encore accrue par le fait que les courses d'endurance se déroulent la nuit. La classe Open Wheels est sans aucun doute la plus exigeante du point de vue du modèle de conduite, toujours prêt à « trahir » le conducteur lorsqu'il exagère avec la pédale d'accélérateur ou n'est pas parfaitement concentré sur la piste, notamment avec les aides électroniques désactivées. . Les contacts entre les monoplaces - également réparties en différentes catégories, mais pas de F1 - sont généralement déconseillés, cependant les effets ne sont pas aussi néfastes qu'on pourrait l'imaginer : les roues, en effet, ne se chevauchent ni ne s'emboîtent, et le contacts ils pénalisent surtout pour la vitesse soutenue par les voitures de chasse, bien plus motivées à dépasser que dans les autres catégories. La discipline Tuner est la plus variée de l'ensemble, offrant des compétitions hétérogènes qui alternent les unes avec les autres. De la simple course de muscle car on passe aux challenges contre la montre au meilleur des cinq tours - où il faut faire attention au "trafic" -, jusqu'aux compétitions de drift, un vrai jeu dans le jeu avec des voitures japonaises fortement modifiées pour le spécialité. Ce dernier est divisé en tours de qualification et d'élimination vraiment convaincants, dans lesquels vous devez brosser des courbes de dérive parfaites pour obtenir le meilleur score des juges. Comme souligné dans notre précédent test, la sensibilité excessive de la direction et de l'accélérateur font de ces voitures un véritable cauchemar à piloter avec le volant, rendant l'utilisation du joypad bien préférable contrairement à toutes les autres disciplines. La dernière catégorie disponible est celle appelée Street Racing et, comme son nom l'indique, projette le joueur dans des défis très serrés dans les rues de certaines grandes villes comme Chicago, Washington, San Francisco, Barcelone et Paris.

Dans ces compétitions, les contacts et les accidents jouent constamment un rôle fondamental, et la "survie" compte souvent plus que la conduite propre, surtout lors des combats au centre du peloton. Le roster de voitures disponibles pour les spécialités va des communes Golf, Focus et Mini jusqu'aux "Hyper Car" comme la Bugatti Veyron, la Pagani Zonda ou la récente et très mauvaise McLaren P1, en passant par la Gran Turismo (Alfa Romeo 8C ) et coupé de diverses sortes (M3 E92). En tout le modèle de conduite de GRID : l'Autosport est extrêmement agréable et solide, grâce à une recette délicieuse qui augmente sa profondeur (en particulier sans aides électroniques) sans renoncer à l'accessibilité et au plaisir. Dans certaines catégories, il y a encore une certaine tendance à la dérive, mais pas aux niveaux critiqués dans le deuxième chapitre de la série, surtout lorsqu'on utilise un bon volant. Pour tous ceux qui ont un périphérique avec une rotation de 900°, nous suggérons d'éliminer la "zone morte" de 5% et de réduire l'angle de braquage, dans ce cas trop orienté simulé et non adapté au gameplay frénétique de GRID. Enfin, le retour des vues intérieures amplifie l'implication et rend justice à ceux qui avaient justement subi le déplacement inexplicable, tandis que le rendu des accidents est plutôt fidèle, bien que parfois peu réaliste en termes de préjudice subi.

M'illumino d'immense

Le fait que le jeu n'ait pas été développé pour les consoles de nouvelle génération ne doit absolument pas tromper les joueurs : sur PC et au maximum de détails graphiques, en effet, l'Ego Engine est présenté dans une grande poussière, offrant non seulement des vues à couper le souffle, soutenu par un système d'éclairage précieux (pendant la journée et au coucher du soleil), mais aussi une fluidité et une évolutivité hors du commun.

Parmi les meilleures cartes de visite pour les compétences techniques de GRID : Autosport il y a certainement le circuit parisien, peut-être à bord d'une Pagani Huayra, un contexte idéal pour tester l'évolution des rayons du soleil tout en caressant les lignes sinueuses de la berlinette italienne. Rien qui fasse pleurer un miracle du point de vue de la taille polygonale, des shaders ou des filtres appliqués, mais le rendu visuel est quand même du plus haut niveau et presque déstabilisant avec les détails réglés sur Ultra. Dommage pour certains décors sans inspiration (Chicago) et, surtout, pour les modèles polygonaux des voitures, quelques centimètres en dessous de ceux vus dans d'autres jeux de course : ils sont en effet pauvres en détails, parfois anguleux et avec des textures mal définies, bien qu'étant parfaitement formé et proportionné. Les intérieurs sont l'élément le plus négligé, mais grâce au flou appliqué par les développeurs, ils sont capables de "endurer" lorsqu'ils sont concentrés sur la piste. Côté optimisation, le menu d'options graphiques avancées propose une palette de réglages qui n'est rien de moins que gargantuesque : éclairage nocturne, ombres, brouillard avancé, particules, foule, tissus, occlusion ambiante douce, terrain, détails, objets, reflets, eau. , éclairage avancé, éclairage global, qualité de la texture, qualité du shader et ombres de fumée ne sont que quelques-uns des éléments que vous pouvez définir, tous en faveur de l'évolutivité.

Une collaboration étroite avec Intel a également permis la convivialité du titre même sur des systèmes peu performants, même s'il est bien sûr nécessaire de sacrifier certains des paramètres les plus avancés. Parmi les aspects qui nous ont le plus surpris, il y a le multijoueur local en écran partagé, ancré à 60 fps avec 12 voitures en piste : c'est une expérience à deux joueurs incroyablement engageante et stimulante, qui évoque le plaisir de jouer au coude à coude également. sur PC. En ce qui concerne le multijoueur en ligne, un excellent travail a été fait grâce au soutien total de Racenet, avec la possibilité de créer son propre club et de défier ceux des autres joueurs. Il existe un éditeur de livrées assez complet (pas au niveau de ceux présents dans Forza Motorsport) et vous pouvez également accéder à une série de défis constamment mis à jour par l'équipe de développement. Les crédits gagnés dans les différents modes en ligne peuvent être dépensés pour acheter des voitures (à la fois d'occasion et neuves) dans des concessions virtuelles ou réparer celles déjà possédées, en gardant à l'esprit que les coûts d'entretien augmentent avec l'usure de la piste. Le jeu n'étant pas encore sorti sur le marché pour le moment, nous ne pouvons pas commenter la solidité du netcode, cependant, compte tenu des travaux passés de Codemaster, il ne devrait pas y avoir de problèmes particuliers de ce point de vue.

Configuration système requise pour PC

Tester la configuration

  • L'équipe éditoriale utilise l'ordinateur personnel ASUS CG8250
  • Processeur Intel Core i7 2600
  • 8 Go de RAM
  • Carte vidéo NVIDIA GeForce GTX 560 Ti
  • Système d'exploitation Windows 7

Exigences minimales

  • Processeur Intel Core 2 Duo @ 2.4Ghz ou AMD Athlon X2 5400+
  • 2 Go de RAM
  • Intel HD3000 ou AMD HD2000 ou NVIDIA Geforce 8000
  • 15 Go d'espace disque

Commenter

Version testée : PC Resources4Gaming.com

8.6

Lecteurs (60)

7.9

Votre vote

GRID: Autosport est un salut, ou plutôt un salut à la génération qui a donné naissance à la série et, probablement, le dernier acte du polyvalent Ego Engine tel que nous le connaissons, en attendant de découvrir les projets spécifiques pour les nouvelles consoles et les physionomie du prochain F1. Doté d'un gameplay délicieux à mi-chemin entre simulation et arcade, le titre de Codemasters est exalté dans la classe Touring et offre une expérience de longue durée et engageante, aussi bien en solo qu'en compétition grâce à l'intégration de Racenet. Il manque sans doute le soi-disant « chique » pour être compté parmi les monstres sacrés du genre, mais si vous avez apprécié le premier Race Driver : GRID ou la série TOCA c'est sans aucun doute un titre à ne pas manquer. Sans sortir sur les consoles de nouvelle génération, sur PC, il propose un secteur technique spectaculaire et extrêmement évolutif, agrémenté d'un système d'éclairage précieux qui ne montre le côté que dans les courses nocturnes. Agréable à la fois avec un joypad et avec un volant bien calibré, le titre est à conseiller à tout amateur de jeux de course, sans réserves particulières.

PRO

  • Longue vie et passionnant
  • La classe Touring est un pur plaisir
  • Mélange parfait d'éléments d'arcade et de simulation
  • Merveilleux effets de lumière ..
CONTRE
  • ..sauf la nuit
  • Modèles de voitures non raffinés et vue intérieure

ajouter un commentaire de Désir de rédemption
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.